Planvienguts a la calandreta de Pau !
All Posts By

Chantal

Jòc d’Aigas…

By | GS - CP - CE1

Installacions artisticas o jòcs per tots…

1, 2, 3 clucatz los uelhs

3 grecas a la Calandreta paulina

By | Accueil, Actualitats, CE1 - CE2, Non classé

Lundi 29 et mardi 30 avril derniers, trois enseignantes grecques sont venues visiter l’école Calandreta de Pau. Maria Zacharopoulou, Maria Kandourou et Amanda Nikolakopoulou sont des membres de Skasiarheio, « L’École buissonnière », le mouvement de pédagogie Freinet né en Grèce en 2014. Nos trois collègues enseignent dans une école expérimentale et dans un quartier très défavorisé d’Athènes, frappé de plein fouet par la crise économique et sociale grecque. Dans ce milieu, cependant, le souci premier est de savoir accueillir les flots de migrants qui veulent encore voir dans l’Europe une terre d’accueil. Au jour le jour, dans la mission qui est la leur, elles traduisent cela en un quotidien éducatif qui, sur plusieurs points, se rapproche de celui de Calandreta. Pour cela, elles ont tenu à venir voir concrètement le fonctionnement des classes de cette école occitane qui allie le bilinguisme immersif et la pédagogie coopérative. Elles étaient accompagnées par Pèire Joan Laffitte, compagnon de route de Calandreta qui avait déjà fait se rencontrer Occitans et pédagogues grecs à Corinthe et Athènes. Sémiologue, il enseigne les sciences du langage à l’Espe de Picardie. Il est également engagé dans le champ pédagogique, ou les mêmes problématiques, sémiotiques et cliniques, se rencontrent dans le champ des pédagogies coopératives, pédagogie institutionnelle et pédagogie Freinet.

Pouvoir travailler avec les enfants pour les aider à trouver, ou retrouver, le désir de grandir et d’apprendre, mais aussi de travailler ensemble, d’avoir le courage d’affirmer leurs paroles et leurs rêves les plus intimes, et de les partager dans la classe, et au-delà dans leur école, leur famille, leur quartier… Mais également travailler avec les parents, savoir les accueillir eux aussi, et leur apprendre la langue et la culture grecques tout en respectant celles dont leurs familles en exil sont porteuses. S’ouvrir sur la communauté, et plus largement sur les langues et les cultures que le monde nous apporte si nous savons avoir l’intelligence de ne pas lui fermer nos portes ni nos cœurs. Bref, autant de valeurs qui leur ont fait trouver dans Calandreta une éthique et une pédagogie proches : la dimension associative de l’école occitane allie toutes les volontés, parentales, enseignantes et enfantines ; la vie de l’école s’ouvre sur le quartier, la société, et fait de l’ouverture au multilinguisme un souci permanent : de quoi trouver en toute diversité, linguistique et culturelle, une source de richesse éducative.

Tout cela a permis une véritable rencontre entre ces trois enseignantes et leurs collègues occitanes. Une rencontre entre praticiens : mais sans oublier que les praticiens, dans une telle école, ce ne sont pas seulement les adultes, ce sont aussi les enfants. Toutes et tous partagent un souci de décision commune de la qualité de vie et de travail, où chacun grandit, à sa façon, à son rythme, sur sa voie propre. Sur cette voie, l’occitan constitue une langue et une culture dont la transmission est fondatrice de Calandreta, un objectif qui dépasse les personnes et les générations, mais qui les porte, avant tout, dans leur voyage à travers ce qui devient toujours plus leurs cultures et leurs langues.

Cela donne un monde ouvert à l’échange, où « greffer de l’ouvert » dans le respect d’autrui et de soi-même, dans le paratge, reste un idéal peut-être jamais atteint, en tout cas toujours à relancer, jour après jour dans une cour et huit classes. Et ce, qu’on vive en Occitanie sous la bénédiction des Pyrénées, ou dans un des berceaux, plus archaïque encore, de notre monde, à quelques collines de l’Acropole sous le portique de laquelle trois amies grecques et leur communauté participent à l’effort de tout un pays, dont l’accueil de nos semblables en souffrance sauve l’honneur de notre continent.

Que soi l’immuble gris…

By | Accueil, GS - CP - CE1

Adishatz,

Que soi l’immuble gris… Lo vòste vesin !

Que soi gris, gris

com ua soritz…

Que soi gran, gran

com un elefant…

E blanc com un banc…

Mes que soi malurós com un amorós,

e tristonet com un pistolet…

Que’m van desmolir !

Adiu Papí, adiu Mamia

beròis ausèths

e beròis gats… Adishatz

 

creacion de la classa de GS/CP/CE1

Lo cicle de l’aiga

By | GS - CP - CE1

Lo sorelh que cauha.
L’aiga de la mar que s’evapòra.
Las gotas caudas qu’encontran a gotas mei hredas : que fòrma nublas.
Los vents que possan los grums cap a la montanha.
Que hèn ploja o nèu.
L’aiga que s’escorriula sus las montanhas.
Que s’infiltra dens la tèrra.
Que fòrma napas en dehens de la tèrra, estalagmitas e estalactitas.
A còps, que hèn honts, lacas, arrius, gaves…

 

 

 

Article de : Nora, Titouan, Noémie, Juliette, Pierre

Meli Melò

By | GS - CP - CE1
Meli-Melò :
L’iguane qu’ei colorat.
 Lo jaguar que va tà Pau.
Lo zèbre que minja ua poma.
 L’elefant qu’ei colorat.
L’abelha que minja ua poma.
 L’abelha que va tà Pau.
Lo zèbre que minja ua cerisa.
 L’elefant qu’ei hòrt.
Lo lion que minja un kiwi.
 Lo zèbre que minja ua poma.
Lo jaguar qu’ei rapide.
 Lo lion que minja ua poma.
L’elefant qu’ei colorat.
 Lo zèbre que va tà Pau.
Lo jaguar que minja un melon.
 L’iguane qu’ei ahamiat.
Lo jaguar que va tà Pau.
 L’elefant que minja un kiwi.
Lo lion qu’ei hòrt.
 Lo lion qu’ei rapide.
Lo zèbre que minja ua cerisa.
L’elefant que minja un melon.
X